Euro junior 1998: 10 ans déjà !

Il y a 10 ans, l’équipe de France junior masculine de trampoline, emmenée par Sébastien Laïfa (3 fois titré), remportait le titre européen à Vila do Conde (Portugal). Les tumbleuses faisaient de même tandis que Nicolas Fournials s’adjugeait le titre individuel en tumbling. Ce championnat, au contexte douloureux pour les Bleuets qui venaient de perdre leur ami Johan Chamoux, demeure une référence sportive et humaine. Acrobatic Sports vous propose les émouvants récits de Robert Ducroux et Lilian Lavergne, ainsi que de Julie Perreten, membre de l’équipe.

Souvenirs

« A cette époque le championnat d’Europe junior se déroulait séparément de la compétition des seniors. C’était au Portugal dans la ville de « Villa do Conde », début décembre, que nous partions. Bien que les résultats de cette compétition fussent élogieux, j’en garde de très bons souvenirs mais aussi de très tristes. Très tristes, car cet évènement nous renvoie toujours à la disparition soudaine de deux jeunes trampolinistes de talents, partis beaucoup trop tôt dans leur vie pour que nous les oublions comme ça.
 
Nous étions arrivé en début de semaine à Villa do Conde pour prendre place, et se préparer au mieux. Un matin, lors de notre transfert de l’hôtel à la salle de compétition, Franck Bardy (entraîneur de l’équipe de France senior) reçoit un appel téléphonique d’Antibes, nous annonçant la terrible nouvelle : le décès de Johane Chamoux le matin même quelques heures plutôt.
 
Il n’y avait pas encore beaucoup de téléphones portables à l’époque, quelques jeunes de l’équipe en étaient équipés. La nouvelle m’avait anéanti. Nous décidâmes avec Jo Rivoal (DTN), Franck Bardy, Didier Semmola (entraîneur de l’équipe de France de tumbling) et Laurent Kazmierczak (président de la FFTSA) de réunir les jeunes et d’annoncer de suite la terrible nouvelle. Nous craignions que les jeunes l’apprennent tôt ou tard, à un mauvais moment de la compétition. Le groupe s’effondra dans les tribunes, je me souviens que tous pleuraient. La nouvelle bientôt se répandait autour de nous, tous les représentants des nations avaient des mots sympathiques pour notre délégation.
 
Mais très vite, le groupe France s’est ressaisit et est rentré dans un état d’esprit particulier, ils décidèrent de sauter pour leur ami Johane. Cette compétition s’annonçait difficile, Franck Bardy et Laurent Kazmierczak sont repartis aussitôt sur Antibes, pour s’occuper de toutes les formalités obligatoires dans ces circonstances. Johane n’avait pas de famille sur Antibes, ses parents vivant sur l’Ile de la Réunion.
 
Je me retrouvais donc en charge des garçons avec Didier Semmola sur cette compétition. Je me souviens d’une équipe de garçons déterminés. Déterminés à sauter pour leur ami de toujours et déterminer à sauter le mieux possible pour lui. Cette compétition lui aura été dédiée. Johane avait remporté les WAGG [NDLR : championnat du Monde par groupes d’âges] quelques mois auparavant dans la catégorie des plus de 18 ans.
 
A l’issue des qualifications, les filles et les garçons se sont qualifiés pour la finale par équipe. En individuel, Sébastien Laifa et Mickaël Jala et chez les filles Audrey Meurat et Laurianne Rousier se qualifient pour les finales du lendemain. En synchronisé, les duos Sébastien Laifa–Mickaël Jala et Julie Perreten–Emilie Chauvot obtiennent une place en finale. Les garçons avaient particulièrement bien sauté, puisque 3 d’entre eux se placèrent dans les 10 premiers (Laifa, Jala, Duranton). Le 4ème, Florian Lavergne, terminait à la 18ème place. Florian était un pilier sûr de l’équipe, il le démontra plus tôt dans la finale par équipe où il imposa un score très bon (5ème meilleur total de la finale par équipe). Aujourd’hui il nous a quitté, mais il restera toujours dans mes pensées comme un garçon très gentil, sachant s’investir dans sa passion du trampoline et aussi soucieux dans la vie.
 
Puis la compétition se complique, comme si nous n’avions pas assez de soucis, à la réception finale de son exercice libre, Sébastien vrille sur sa cheville restée dans la toile. Quelques instant après, Sébastien avait très mal, sa cheville énorme, vraiment pas belle à voir. Il s’était fait une entorse sérieuse à la réception de sa chandelle finale. Nous étions à la veille de la journée des finales, journée à laquelle il participait aux finales en synchro et en individuel. Nous étions dans toutes les finales, et Sébastien était très bien placé.
 
Le soir même, à la vue de la cheville de Sébastien, je n’y croyais plus et là, je dois dire que le kinésithérapeute Christian Ardouin a fait un travail remarquable. Il s’est occupé toute la soirée et une partie de la nuit, à drainer la cheville, à la soigner le plus possible pour que le réveil du lendemain soit le moins douloureux possible.
Le kiné avait fait un strap, style botte ! Et Sébastien pu sauter en serrant les dents très très fort ! Je me souviens avoir été étonné par son courage, et puis dans les circonstances dans lesquelles nous étions plongés, ce n’était après tout qu’une bonne entorse, minime par rapport au malheur que nous vivions.
 
Il est intéressant de rappeler que cette finale réunissait déjà Alexander Rusakov (RUS), Henrik Stehlik (ALL) et Flavio Cannone (ITA), tous trois dans le top 10 mondial désormais. Rusakov menait le concours assurément. Il avait une avance de quelques points sur Sébastien qui lui s’était octroyé la 2ème place.
 
La finale aura été un suspens jusqu’à la dernière seconde. Nous étions tous derrière Sébastien pour qu’il produise une performance la meilleure possible avec un pied en moins ! Il réussit son exercice libre avec un meilleur total encore. Rusakov clôturait la compétition, il était en pleine forme, très haut, et son libre avançait tranquillement jusqu’à l’erreur fatale ! Il se retrouve pas très haut sur sa 9ème touche et décide de changer sa 10ème touche par un double arrière ! Ce changement de dernier instant engendra une répétition et un déclassement à la 2ème place. Cette mésaventure a bénéficié à Sébastien qui se retrouve Champion d’Europe junior en individuel.
 
A l’heure ou nous fêtons la retraite sportive de Sébastien, il est intéressant de rappeler que ce championnat a été le sien ! Il remporte les trois titres :
 
Champion d’Europe junior en individuel avec 105,6 points
Champion d’Europe junior en synchronisé avec Mickaël Jala avec 132,5 points
Champion d’Europe junior par équipe avec Mickaël Jala, Florian Lavergne et Raphaël Duranton
 
Les filles s’étaient également remarquées en participant à toutes les finales. Aucune chute en qualification et une 5ème place par équipe :
 
Audrey Meurat se classe 8ème du concours individuel
Laurianne Rousier : 10ème
Julie Perreten : 16ème
Emilie Chauvot : 17ème
 
Notre retour sur Antibes a été très dur. Tous les membres du Pôle et amis étaient venus nous accueillir à l’aéroport. Il y avait beaucoup de tristesse dans les yeux de tous, des félicitations des uns et des autres. Nous retrouvions la réalité du monde et d’une semaine de deuil en souvenir de notre ami Johane. »
Robert Ducroux
Entraîneur national trampoline féminin à l’Euro 1998
« Cette compétition restera unique. En effet, nous l’avons vécue en ayant appris juste avant le décès de Johane. Cette terrible épreuve a soudé le groupe, trampolinistes et tumbleurs. Nous avons tous fait cette compétition pour Johane et cela a contribué aux performances réalisées, notamment par les garçons.
 
Plus personnellement, ce fut ma première compétition internationale et ma première entrée en équipe de France. Je me souviens de la joie que j’ai eu lorsque j’ai reçu mon survêtement Arena bleu ciel !
 
J’étais très contente des résultats avec une finale par équipe et une finale en synchronisé avec Emilie Chauvot (nous avons terminé 5èmes).
10 ans déjà… c’est fou comme le temps passe. Une petite pensée pour Pam [NDLR : alias Florian Lavergne] qui nous a également quitté depuis.
 
Ce championnat d’Europe junior reste la compétition la plus marquante de ma carrière. »
Julie Perreten, membre de l’équipe de France junior 1998 de trampoline
« Souvenirs de médailles…et de médaillés…Villa Do Conde, Portugal, 30 novembre-4 décembre 1998, c’est l’histoire de 4 copains…
 
L’histoire, cette belle histoire, commence bien avant cette édition 1998 des Championnats d’Europe Juniors.
 
Quatre ans auparavant, nous étions au même endroit pour les WAG 1994 [NDLR : championnat du Monde par groupes d’âges], et Sébastien Laïfa revenait double médaillé : 1er en individuel -14 ans et 2ème en synchro -14 ans avec Florian Lavergne.
Déjà, lors de cette édition WAG 1994, notre jeune leader Seynois devançait un certain Alexander Rusakov (RUS)…
 
 Les sélections pour cette compétition furent houleuses et compliquées.
Deux membres du pôle France d’Antibes, Sébastien Laïfa (La Seyne sur Mer) et Mickaël Jala (Acro Trap Sevran) se détachaient rapidement lors des différents tests.
Deux places restantes…pour cinq prétendants !
Raphaël Duranton (Sathonay Camp) et mon poulain de frère, Florian Lavergne (dont j’étais l’entraîneur depuis 1994) étaient de la même année d’âge que leur deux potes, et on se plaisait tous à rêver d’une équipe junior composée d’une alliance amicale forte.
 
Mais quelques jeunes troublions n’entendaient pas laisser passer leur chance…et ce même s’ils avaient un ou deux ans de moins. En effet, le talentueux Renaud Victor (Evry) talonnait les deux compères de la Zone C de la FFTSA de l’époque (Duranton-Lavergne se retrouvaient régulièrement lors des compétitions sélectives). Sans oublier le Grenoblois Christophe Robert et le Rennais Grégory Abidhoussen qui étaient également de la partie.
        
Je me souviens particulièrement du test à Evry, où, alors que les toiles 6mm x 4mm venaient de faire leur apparition, nos jeunes avaient été testés sur les trampolines, dont les toiles venaient d’être changées quelques minutes avant le début des hostilités, ce qui, fautes de réglages suffisants, avait pour énorme inconvénient, de proposer un matériel peu fiable. Conséquence : peu de junior garçon plantaient les 20 touches attendues (Christophe Robert seulement) ! La catastrophe…
 
Le test d’Antibes fut nettement mieux réussi et les quatre compères furent liés pour le meilleur…et pour le pire !
 
Le pire, ces quatre jeunes allaient bientôt le vivre.
 
Le soir de leur deuxième jour d’entraînement dans cette banlieue de Porto, Jo Rivoal, DTN, rassemblait l’ensemble des juniors dans une chambre de l’hôtel pour leur annoncer une terrible nouvelle : leur pote, Johane Chamoux venait de se tuer, dans un accident de voiture. Le pire était bien là pour ces jeunes de 17 ans, qui perdaient un copain, un ami, un camarade d’entraînement. Cruel.
 
Je me souviendrai toujours du visage de Mickey Jala lors de l’annonce : les autres pleuraient…lui non. Son visage était fixe, fermé, serré. Lui, il ne pleura pas avant, mais craqua après la compétition !
 
Que se sont-ils dit ? Se sont-ils promis quelque chose ? Je ne le sais pas.
Ce que je sais, c’est qu’il régnait une ambiance particulière dans cette équipe de France. Nous, entraîneurs, dirigeants, accompagnateurs, nous savions bien que ces gamins sautaient pour Johane !
Franck Bardy (entraîneur National masculin trampoline) et Laurent Kazmerziak (Président de la FFTSA) repartirent le lendemain matin. Robert Ducroux (entraîneur National féminin trampoline) menait la barque, assisté d’un Didier Semmola (entraîneur National Tumbling) toujours présent autour des trampolines.
 
Le meilleur allait venir.
 
Le gymnase de Vila Do Conde allait se révéler un des terrains de récolte de médailles des plus fertiles pour Seb Laïfa.
 
En effet, lors de ces Championnats d’Europe junior 1998, Seb, pourtant blessé à la cheville, se paya le luxe de la triple couronne européenne.
 
Champion individuel, synchronisé avec Mickey et par équipe : la totale !
 
Moi, pendant la Marseillaise, j’ai pleuré.
 
Et c’est dans une joie proche de l’euphorie, sans pour autant oublier pourquoi et pour qui ils avaient gagné, que nous entonnions, lors banquet de clôture, un remake d’un chant très populaire à l’époque en France : « Et un…et deux…et trois Laïfa ! »
Lilian LAVERGNE
Remerciements: Georges RIVOAL (ancien DTN), Robert DUCROUX (actuellement en charge des formations entraîneurs trampoline), Julie PERRETEN (tout juste retirée de la compétition en trampoline).